Biopsie de prostate

La biopsie de prostate, qu’est ce que c’est ?

C’est un examen qui permet de prélever des petits fragments de prostate pour les examiner au microscope. Cet examen est pratiqué afin de s’assurer qu’il n’y a pas de cancer dans la prostate, ou de rechercher un cancer suspecté.

Pourquoi des biopsies ?
Habituellement cet examen est demandé pour l’une des 2 raisons suivantes :

  • Une anomalie du taux sanguin du PSA

  • Une anomalie lors du toucher rectal
    Lorsque votre urologue vous a examiné il a pu sentir une zone anormale, plus large, ou plus dure que le reste de la prostate.
Cabinet du Dr Aurel MESSAS
107 avenue Victor Hugo
rez de chaussée (fond de cours)
75116 Paris
+33 6 50 38 38 38
aurelmessas@gmail.com
Comment se font les biopsies ?
Les biopsies de prostate se font sous anesthésie locale ou générale. Dans tous les cas l’examen dure environ 20 minutes.

Le déroulement de l'intervention :
Le patient s’allonge sur le coté sur un lit d’examen. On réalise alors l’anesthésie locale ou générale.
Dans le cas d’une anesthésie générale, le patient est complètement endormi et ne sent rien. Cette courte anesthésie n’impose pas de placer un tube dans la gorge pour respirer ce qui facilite le réveil et évite des douleurs.
Le chirurgien urologue place ensuite une sonde d’échographie dans le rectum. il repère la prostate et effectue des prélèvements dans l’ensemble de la prostate.

Cas particulier : la biopsie de fusion suite à une cible trouvée en IRM
Dans certains cas, les biopsies sont réalisées car l’IRM a mis en évidence une zone anormale intéressante à prélever.
Nous utilisons alors une nouvelle technologie qui permet de réaliser des biopsies, appelées biopsies de fusion.
Comme il est normalement impossible de voir en échographie la zone de quelques millimètres identifiée à l’IRM, les biopsies de prostate de fusion consistent à enregistrer dans l’appareil d’échographie, les images prises en IRM.

On utilise alors un échographe tridimensionnel qui permet de superposer la prostate vue en IRM et la prostate examinée en temps réel à l’échographie.
Ce qui permet de retrouver sur l’appareil d’échographie l’emplacement exact de la zone anormale vue en IRM et de prélever exactement dans la lésion concernée.

Il est donc important de réaliser l’IRM dans un centre de radiologie conseillé par votre urologue. L’examen doit être assez performant pour être transféré vers l’échographe et être utilisable.


Après les biopsies
Dans le cas d’une anesthésie locale, vous devez rester une demie heure après la fin de l’examen en consultation, puis vous pouvez rentrer tranquillement chez vous.
Vous aurez quelques saignements dans les urines et dans les selles pendant quelques jours.
Du sang peut apparaître également dans le sperme : il sera alors d'une coloration rougeâtre, puis brune (le sang coagulé est plus foncé). C'est une évolution normale et positive.
Il est néanmoins préférable d’utiliser des préservatifs lors des rapports sexuels durant les 15 jours qui suivent une biopsie de prostate.

Les complications possibles

  • L’infection urinaire
    Elle se manifeste par des brulures en urinant, une fréquence des mictions (l'envie d'uriner) augmentée, de la fièvre.
    Ces difficultés urinaires peuvent exister à minima pendant la journée qui suit les biopsies sans qu’il y ait nécessairement d’infection.
    Si la température dépasse 38.5° ou que les signes urinaires s’aggravent, il faut contacter votre urologue en urgence et procéder dès que possible à une analyse bactériologique des urines dans un laboratoire d’analyse médicale. Votre urologue vous prescrira certainement un antibiotique.


  • La rétention aigue d’urine
    C’est un blocage complet de la vessie qui n’arrive plus à se vider. Elle provoque une forte envie d’uriner avec une douleur au bas ventre et lors de la miction, il ne sort que quelques gouttes.
    Elle survient surtout chez les hommes qui souffraient auparavant de difficultés à uriner ou qui étaient déjà traités pour un adénome de la prostate.
    Dans ce cas, consultez en urgence votre urologue pour qu’il puisse mettre en place une sonde dans la vessie. Vous serez potentiellement hospitalisé une nuit.


  • L’hémorragie 
    Elle se manifeste par du sang dans les urines en quantité importantes (les urines doivent être rouge comme un vin de bordeaux).
    La situation devient anormale si le sang persiste en quantité importantes après chaque miction. Si vous ressentez de la fatigue, une baisse de tension ou une pâleur, consultez immédiatement.
    Cette complication survient plus souvent chez les patients qui prennent des médicaments pour rendre le sang plus fluide comme les anticoagulants (dont les nouveaux coagulants oraux comme Xarelto), l’aspirine ou du Plavix.
    Si vous êtes sous l’un de ces traitements et que les saignements augmentent informez en rapidement votre urologue.



APRÈS UNE BIOPSIE VOUS AVEZ :

  • Du sang dans les urines et dans les selles 2 à 3 jours
  • Des brulures modérées dans les urines 1 à 2 jours
  • Une fréquence de miction légèrement augmentée 1 à 2 jours
  • Du sang dans le sperme parfois quelques semaines

C’EST NORMAL, si cela évolue bien, inutile de consulter.

  • Du sang qui augmente à chaque miction ou chaque selle, ou qui sort par la verge ou l’anus en dehors de la miction ou de l’émission des selles.
  • Des saignement qui persistent dans les urines au delà de 1 ou 2 jours ou qui augmentent.
  • Une fièvre au delà de 38.5
  • Des difficultés à uriner qui imposent de pousser avec le ventre pour sortir les urines, une sensation de blocage pour uriner, un jet urinaire qui devient très lent

CE n’est pas normal, il faut consulter.